QU’EST-CE QUE LA MOTHER CULTURE ?

« La mère doit avoir du temps pour elle. Et ne disons pas : “Je ne peux pas”. L’une d’entre nous peut-elle dire avant d’avoir essayé, non pas pendant une semaine, mais pendant une année entière, jour après jour, qu’elle “ne peut pas” prendre une demi-heure sur vingt-quatre heures pour la “Mother Culture” ? Une demi-heure pendant laquelle nous pouvons lire, penser ou nous souvenir. »

Par A. The Parents’ Review, vol. III

Prendre du temps pour soi, pour nourrir son âme, pour observer, continuer à apprendre, se ressourcer, grandir… Prendre du temps pour soi, en tant que maman bien souvent débordée, pour pouvoir donner plus et mieux à nos enfants. 

Un bel idéal, certes. Mais concrètement, à quoi cela peut-il ressembler ? Voici quelques idées :

  • Une promenade dans la nature
  • La pratique d’une activité créative
  • Un temps de méditation
  • De l’exercice physique
  • Un temps d’observation de la nature
  • L’apprentissage de quelque chose de nouveau (un instrument, une activité manuelle, une langue…)
  • Un temps de réflexion sur un passage de la Bible ou tout autre livre spirituel, ou de développement personnel
  • Un temps de lecture

Articles à lire sur le sujet :

Mother Culture par A. (PR 1892)
Les choses simples – Un repos quotidien par A. (PR 1901)

Documents à télécharger :

– En cours

Ressources externes :

– Le programme Admire et fais tiennes des mamans

Le Cours d’Éducation des Mères

Sur ce dernier point, quiconque est familier avec la philosophie de Charlotte Mason le sait bien : pour elle, une grande partie de l’éducation passe par les livres vivants. Qui plus est, elle avait bien conscience que, pour une mère, l’instruction de ses enfants est une tâche particulièrement exigeante. C’est pourquoi elle avait à cœur de les aider, les encourager et les équiper autant que possible. Elle a donc créé un « cours de lecture » qui était ouvert à toutes les mères de familles faisant partie du P.N.E.U.

Ce cours, intitulé le « Mother’s Educational Course », s’étalait sur trois ans et comprenait deux examens par an. C’était un cours assez intense avec de nombreuses lectures recoupées en quatre catégories :

1. Divinité – « Pour aider les mères à donner à leurs enfants un enseignement tel qu’il les confortera dans la foi chrétienne »

  • étude de portions de l’Ancien et du Nouveau Testaments
  • l’Ancien Testament à la lumière des recherches modernes
  • enseignement pratique sur la vie chrétienne

2. Physiologie et santé – « Pour donner la connaissance nécessaire au soin et au développement des enfants dans la santé et dans la maladie »

  • les organes du corps humain
  • les lois de la santé
  • prendre soin des malades et des enfants

3. Science mentale et morale, et éducation – « Pour montrer les principes de l’éducation, et les méthodes fondées sur ces principes »

  • physiologie mentale
  • éthique
  •  théorie de l’éducation
  • méthodes d’instruction

4. Connaissance de la nature, et sciences – « Pour permettre aux mères d’éveiller chez leurs enfants un intérêt pour la Nature et leur en donner leurs premières idées »

  • botanie
  • géologie
  • astronomie
  • étude de la vie animale

Le programme paraît chargé, et c’est vrai, il l’est. S’il est suivi au rythme proposé, il équivaut à lire environ 100 pages par semaine sur 10 mois. Mais le but étant d’approfondir les connaissances des participants, et non de lire un certain nombre de livres en un temps donné, ce cours offrait une grande flexibilité. Il était par exemple possible de se concentrer uniquement sur deux catégories à la fois au lieu des quatre. Il était également possible de prendre plus de temps pour terminer ses lectures du semestre, afin de bien avoir le temps de « digérer » tout ce qui était appris. En bref, le cours offrait aux mamans la même flexibilité que celles-ci proposent à leurs enfants dans leur instruction.

D’après Mrs Anson (auteure d’un brillant article sur ce cours, paru dans le Parents’ Review), l’un des avantages de ce cours est d’être soi-même mieux préparée à guider ses enfants et à partager leurs centres d’intérêts à mesure qu’ils grandissent.

Continuer à apprendre, donc, pour eux, mais avant tout pour soi. Après tout, il n’y a pas d’éducation si ce n’est l’auto-éducation, disait Miss Mason.

COURS D’ÉDUCATION POUR LES PARENTS CRÉÉ PAR CMF À VENIR