Notes (d’après l’article de Charlotte Mason Poetry) : Janet Smith fut diplômée de la House of Education en 1911. Elle s’est vivement intéressée à l’enseignement de la géographie et a présenté cet article au cours d’une conférence annuelle organisée par le PNEU avec d’autres diplômés. Le thème de leurs exposés était « Comment nous enseignons ». Le sujet de Smith était la géographie et cet article vous restitue ce qu’elle en a dit.

Comment nous enseignons la géographie, par Janet R. Smith
The Parents’ Review, 1913, p. 522-528

Nous devons maintenant nous occuper de l’enseignement de la géographie selon les lignes suggérées par Mlle Mason dans son livre, School Education {volume 3}, et dispensé à la Parents’ Union School. Je vais vous lire un extrait du livre, qui montre les deux principes sous-jacents, sur lesquels nous basons nos leçons. « La géographie est à mon sens un sujet de grande valeur éducative, et non parce qu’elle offre les moyens d’une formation scientifique. … La valeur particulière de la géographie réside dans son aptitude à nourrir l’esprit avec des idées et à fournir à l’imagination des images. C’est là que réside la valeur éducative de la géographie. »

Il sera examiné ci-dessus dont les deux principes sont :

1. – Que l’esprit doit se nourrir d’idées vivantes.

2. – Que l’imagination doit être pourvue d’images.

À ceux-ci, nous pouvons ajouter un troisième :

3. – Cette géographie doit toujours être associée à l’expérience.

Afin de réaliser notre premier principe, nous devons nous assurer que l’enfant a les meilleurs et les plus intéressants livres sur le sujet qui peuvent être achetés.

Afin que nous puissions réaliser notre deuxième principe, nous devons par l’image, l’histoire, et une étude intelligente de la carte, faire appel à ses pouvoirs d’imagination afin qu’il n’oublie pas ce qu’il a entendu, et qu’il soit rempli d’un intérêt vivant dans le lieu étudié.

Et pour le 3ème, nous devons nous assurer qu’il a acquis une certaine expérience de géographe, aussi élémentaire soit-elle.

Classes Ia. et Ib.

Tout d’abord, nous allons considérer la géographie apprise dans les classes Ia. et Ib. {CP et CE1}, de la Parents’ Union School, où l’âge des enfants varie entre six à neuf ans.

Les idées premières et fondamentales sont mieux acquises à l’extérieur. L’enfant prend conscience de la signification de la distance en comptant les pas qu’il doit faire pour atteindre différents objets. Il trouvera qu’un chemin de jardin mesure peut-être dix pas, tandis que l’autre fait quatorze pas ; que, dans le parc, il faut douze pas pour atteindre le chêne, à partir du bout de la clôture, alors qu’il ne faut que cinq pas pour atteindre le platane. Cela l’intéresse et il est prêt à apprécier le sens de la distance comme le montrent les lignes de latitude lorsque vient le temps de l’enseigner. Il est également prêt à comprendre la nécessité de trouver une direction, ce qui devrait constituer sa prochaine leçon.

Il pourrait apprendre les quatre points cardinaux de la manière suivante. Sortez avec votre enfant à midi et dites-lui d’abord de faire face au soleil, puis de lui tourner le dos. Puis dites-lui que face au soleil, il regardait vers le sud et maintenant il regarde vers le nord, ce qui est exactement la direction opposée. Maintenant, dites-lui de lever ses bras à l’horizontal au niveau des épaules, alors son bras droit pointera vers l’est et sa gauche vers l’ouest. Il pourrait alors prendre quatre piquets et les mettre dans le sol à des distances égales pour indiquer les quatre points cardinaux, en attachant un morceau de ficelle du piquet nord au piquet sud, et un autre morceau du piquet est au piquet ouest, faisant ainsi une boussole au sol, à l’aide duquel il pourra dire la direction des différents objets dans le jardin. Une autre possibilité serait de le laisser creuser les lignes de direction dans le jardin, mais cela ne durerait pas aussi longtemps. Quand il a saisi la signification des quatre points cardinaux, il devrait lui être montré comment utiliser la boussole et lui être demandé d’indiquer la direction des différents points de repère dans le quartier, tels que l’église, le château, le bois, etc.

Un bon moyen de montrer le changement de position de la Terre par rapport au soleil est de fixer un poteau ou un long bâton dans le sol à un endroit convenable. Ensuite, laissez les enfants sortir à 9, 12 et 15 heures et notez les différentes directions de l’ombre projetée et ses différentes longueurs. Laissez-les faire une marque le long de l’ombre avec un pinceau et du blanc de chaux. Ils remarqueront alors que l’ombre s’étire toujours dans la même direction à la même heure bien qu’elle soit plus ou moins longue selon la période de l’année.

Les définitions géographiques peuvent être enseignées au fur et à mesure que le besoin s’en fait sentir : un étang, si nécessaire, représentera un lac ; une butte, une montagne ; un ruisseau, une rivière, avec sa source, son embouchure et ses deux rives. L’enfant doit agir en tant qu’explorateur et trouver la source, l’embouchure, la ligne de partage des eaux et le bassin depuis une rivière miniature.

L’idée de frontières peut être donnée, en prenant n’importe quel champ et en trouvant sa position par rapport aux points cardinaux. Ensuite, l’enfant serait tenu de donner les limites au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. Par exemple, un certain champ peut être délimité par une rivière au nord, une route à l’est, un champ de maïs au sud et une prairie à l’ouest.

À partir des idées combinées de distance, de direction et de limites, le plan suit. Pour commencer, la salle de classe peut être arpentée et son aspect localisé. Vient ensuite le dessin du plan à l’échelle sur le tableau noir, en mettant les limites et en marquant la petite boussole dans le coin. Des plans plus difficiles suivent, d’un champ, d’un verger et d’un jardin, et toujours la distance est arpentée, la direction découverte par une boussole et les limites marquées. Inutile de dire que les enfants aiment ce genre de cours de géographie et le considèrent plus comme un jeu que comme un travail. S’il y a plus d’un enfant qui mesure avec ses pas, c’est une bonne idée d’en laisser faire les premiers vingt pas, puis un autre, les vingt suivants, et ainsi de suite. Cela gardera tout le monde intéressé par ce qui est fait.

À l’intérieur, les enfants doivent fabriquer les différentes caractéristiques physiques, comme une île, une montagne, un lac, un cap, etc., dans le sable, ou ils peuvent les modeler en argile.

Souvent, un enfant a du mal à comprendre qu’il existe d’autres pays que le sien. Cela peut être facilité en prenant la paroisse comme exemple du pays et les paroisses voisines pour représenter les pays étrangers. L’enfant pourrait être préparé à l’étude des pays en étudiant la paroisse de la manière suivante. L’enseignant, à l’aide d’une carte départementale, peut déterminer les limites que l’enfant pourrait peut-être parcourir : la limite nord un jour, la limite sud un autre, etc. Il pourrait découvrir les ruisseaux qui traversent sa paroisse et savoir d’où ils viennent, et où ils vont, le village représenterait la capitale ; les étangs, les lacs, etc. S’il y a de vrais rivières, lacs et îles, tant mieux. Ensuite, il pourrait faire un croquis de sa paroisse, ce faisant, il s’intéressera aux cartes des pays lorsqu’il les visitera.

Après lui avoir donné l’idée qu’il y a d’autres pays que le nôtre, l’enseignant devrait lui montrer la carte du monde et certains pays devraient lui être signalés et des histoires racontées à leur sujet. The World at Home est un très bon livre à utiliser à cette fin, car il regorge d’histoires intéressantes sur tous les pays.

Une fois par semaine, une leçon est donnée sur un endroit intéressant dont on parle dans les journaux ou que les parents de l’enfant ont visité.

L’enfant apprend où se trouve cet endroit et comment vous y arriverez depuis la Grande-Bretagne. Il apprend l’intérêt particulier qui y est attaché et, à l’aide de cartes postales illustrées et de bonnes descriptions, il est capable d’imaginer à quoi cela ressemble. Suit ensuite un croquis approximatif montrant où il se trouve, etc.

Les livres utilisés dans ces classes sont The World at Home, et The Ambleside Geography Reader, Book I.

Note : Charlotte Mason a écrit pour être utilisé dans ses écoles une série de cinq volumes de géographie, intitulée The Ambleside Geography Books :
I.Elementary Geography Book I for Standard II (1881) – la traduction de ce livre est disponible sur www.maevadanse.com
II. L’Empire britannique et les grandes divisions du Globe Book II pour le Standard III (1882)
III. The Counties of England Book III for Standard IV (1881)
IV. Les pays d’Europe, leurs paysages et leurs peuples Livre IV pour la norme V (1883)
V. L’Ancien et le Nouveau Monde: Asie, Afrique, Amérique, Australie Livre V (1884)

Classe II.

Dans la classe II., Les enfants sont âgés de neuf à douze ans. Ils apprennent à mieux connaître les pays du monde grâce à Ambleside Geography Reader, Livre II. Ils acquièrent également une certaine connaissance des comtés d’Angleterre qu’ils étudient très attentivement dans le livre III. de la même série, en accordant une attention particulière au travail cartographique. Nous commençons toujours par une étude de la carte pour la nouvelle leçon et en répondant aux questions sur la carte de la dernière leçon. Après chaque leçon, les enfants devraient être capables de décrire chaque région sur une carte vierge, en inscrivant des noms. Les petits tableaux noirs qui peuvent être obtenus au Parents’ Union Office (bureau du syndicat des parents), 26, rue Victoria, sont plus utiles pour ces cartes que le papier, car il n’y a alors aucune difficulté à effacer et moins de temps est perdu.

Des livres de voyage sont lus aux enfants et ils font des croquis de cartes illustrant l’itinéraire du voyageur lors de différentes expéditions. Il vous serait peut-être intéressant d’entendre le schéma général d’une leçon de géographie en classe II. Prenons par exemple une leçon d’introduction sur le continent africain. Tout d’abord, les enfants regardent la carte et donnent la position de l’Afrique par rapport au reste du monde, les frontières, la forme, les caractéristiques physiques, les divisions et les principaux centres de sa population. L’enseignant procède ensuite à dessiner auprès des enfants le paysage auquel ils s’attendent, à partir de leur étude de la carte, pour trouver dans les différentes parties du continent, quel serait le climat, quels seraient les produits et les industries et quelles seraient leurs caractéristiques. Ensuite, laissez les enfants lire la leçon donnée dans Ambleside Geography, après quoi ils raconteraient à la fois ce qu’ils ont recueilli sur la carte et ce qu’ils ont lu. À la fin de la leçon, ils remplissent une carte vierge avec les principales caractéristiques physiques, les noms des pays, etc.

Classe III.

Les enfants de la classe III, dont les âges varient de douze à quatorze ans, étudient l’Europe très attentivement, pays par pays, dans le livre IV., Et acquièrent également une certaine connaissance des autres continents dans le livre V. Comme dans la classe II., Ils apprennent la nouvelle carte au début de la leçon, et remplissent la carte vierge par la suite. La leçon suit les mêmes grandes lignes que dans la classe II, tout au long, le grand objectif de l’enseignant étant de tirer le plus possible des élèves.

Des leçons de géographie physique sont également données dans This World of Ours d’Arnold Forster, sur des sujets tels que « Les saisons », l’utilisation de la latitude et de la longitude, le climat, la géographie liée à la géologie, etc. La géographie politique est également abordée et de tels changements politiques comme cela se passe actuellement dans la péninsule balkanique. Dans les classes II. et III., les endroits qui sont signalés dans les journaux actuels, tels qu’Andrinople {actuel Edirne, préfecture d’une province turque) et le Mexique, font l’objet de leçons, et des images sont montrées et des croquis approximatifs dessinés illustrant les positions relatives de ces villes.

Dans toutes ces leçons, le tableau noir est une aide précieuse et devrait être utilisé librement pour les cartes, les titres et les noms.

Classe IV.

En classe IV. les filles étudient la géographie liée aux développements historiques, lisent Expansion of England de Seeley et étudient les lieux qui apparaissent dans les journaux, en faisant des croquis des lieux en question. Le livre V. de Ambleside Geography est utilisé, et mis en relation avec les nombreux livres de voyage et de recherche lus, afin de rester en contact avec toutes les dernières découvertes dans le monde géographique. Elles étudient Physical Geography de Sir Archibald Geikie, ainsi que Practical Geography de Mort, qui comprend l’étude et l’utilisation appropriée des cartes de l’Ordnance Survey (cartes d’état-major).

Les classes II., III. et IV., prennent leur  leçon de géographie locale pendant les promenades. Ils étudient la carte de l’Ordnance Survey de leur région, trouvent les hauteurs des arbres et des collines et la largeur des rivières. Si possible, ils retracent une rivière de sa source à son embouchure et découvrent son bassin, sa ligne de séparation et ses affluents. Ils apprennent la géologie de leur quartier, ainsi que l’histoire des temps les plus reculés, découvrant, lorsque cela est possible, des traces des premiers habitants dans les regards et le dialecte des gens d’aujourd’hui, et dans les toponymes. Les limites paroissiales, parlementaires et de comté sont déterminées et les raisons de ces divisions sont discutées.

La géographie telle que nous l’entendons n’est pas une matière isolée à enseigner dans un compartiment hermétique excluant tout autre intérêt. Il est lié à l’astronomie, à la géologie, aux mathématiques, à l’histoire et même aux arts. Car c’est des conditions climatiques que dépend la vie et donc l’expression artistique du peuple.

J’espère que par les quelques remarques que j’ai faites, en énonçant les principes et en détaillant leur application, j’ai souligné l’idée fondamentale de Mlle Mason, que l’étude de la géographie doit être liée à l’expérience, c’est-à-dire que pour les petits enfants l’enseignement doit être expérimental, passant de l’image concrète à l’idée abstraite, ouvrant ainsi la voie à une compréhension intelligente de la géographie internationale. Ceci est acquis dans les classes supérieures par une large lecture des livres du premier mérite, écrits par ceux qui ont une connaissance approfondie de leur sujet, et par une parfaite compréhension de la carte.

Par ces moyens, l’enfant acquiert le goût de la lecture géographique qui ne le quitte jamais, et la géographie à son esprit, au lieu d’être une simple suite de faits relatifs à tel ou tel pays, signifiera un intérêt constant pour le monde qui l’entoure.

Version française de l’article publié par Charlotte Mason Poetry avec leur autorisation. (Traduction ©2020 Maeva Dauplay Kosse)