Note : Margaret Coombs a publié en 2015 une biographie sur Charlotte Mason Charlotte Mason, Hidden Heritage and Educational Influence (Charlotte Mason : patrimoine caché et influence éducative) qui vient apporter un éclairage beaucoup plus neutre et authentique de la vie de Mason. En cela, elle a permis de mettre à jour la biographie réalisée par Essex Cholmondeley en 1960. Le travail de Margaret Coombs permet de mieux comprendre les influences de Mason et ses idées.

Avec beaucoup d’intérêt, j’ai lu les ruminations d’Art Middlekauf sur « Que ferait Charlotte Mason ? » si elle était en vie aujourd’hui. La réponse courte est qu’elle déplorerait sans aucun doute la révolution technologique du XXIe siècle tout en célébrant la montée de « l’éducation Mason » dans les écoles chrétiennes et les familles instruisant à la maison en Amérique, en Angleterre et ailleurs. Après les premières années de création du PNEU (1887/90), Charlotte Mason se sentait beaucoup plus confiante en revenant à ses débuts de carrière d’enseignante et de formatrice d’enseignants que d’éducatrice de parents pour les classes supérieures. Bien que ses principes libéraux d’amour et de respect pour chaque enfant, garçon ou fille, avec des dons et des besoins différents, et son insistance sur l’importance de l’exploration, de la découverte, du jeu et de lectures vastes dans le développement de l’imagination et du sens moral sont toujours d’actualité, il y a eu beaucoup de changements sociaux contemporains inimaginables et des progrès scientifiques et technologiques qui rendraient perplexes une perspective typiquement victorienne.

Après que le Comité exécutif du PNEU eut accepté la philosophie éducative fondamentale de Charlotte Mason, exposée dans le Short Synopsis of Educational Theory de 1904, habilement soutenue par Mme Henrietta Franklin, son approche philosophique fut fermement établie, sous réserve seulement de quelques révisions, telles que l’inclusion de la Narration comme méthode fondamentale d’apprentissage. La fondatrice reconnue ne souhaitait plus se cacher derrière le PNEU. Elle dit à Mme Franklin que, sans prétendre avoir fait « ce corps de pensée pas plus que Colomb n’a fait l’Amérique », le moment était venu d’y attacher son propre nom :

« À un homme est donnée l’idée d’un nouveau bouton…. À une femme la perception d’une nouvelle substance, à une autre femme, cette femme – la perception d’une philosophie de l’éducation belle, expansive, efficace et suffisante…. Je vieillis et suis en mauvaise santé et je ne suis plus capable de gagner des adhérents par ruse. Par conséquent, me croirez-vous audacieuse si je dis que je dois avoir des disciples… Il n’y a pas d’autre école de pensée éducative qui prétend même avoir une philosophie adéquate de l’éducation » (1) (souligné par Margaret Coombs).

Son succès à gagner des disciples dévoués et assidus à « l’étonnante cohérence dans les détails de la méthode de Mason sur de longues périodes de temps» a été remarquable au vu de la montée des théories éducatives alternatives. Après 1961, sa philosophie n’est plus enseignée au Charlotte Mason College (2). Cependant, alors que tous les enseignants et gouvernantes peuvent avoir reçu les mêmes livres et programmes, pour chaque groupe d’âge d’enfants du bureau de l’école Ambleside Parents Union School d’Elsie Kitching et, bien que les principes aient pu être respectés, l’interprétation peut avoir varié considérablement dans les différents contextes : les écoles à la maison en Grande-Bretagne et à l’étranger, les écoles privées du PNEU et les grandes classes des écoles élémentaires publiques, après que Mme Steinthal a lancé le mouvement « éducation libérale pour tous », à partir de 1914. Bénéficiant de la publicité générée par ce Mouvement, Mme Franklin travaillera sans relâche pour développer les écoles privées PNEU pour les classes supérieures et moyennes.

Comment alors Charlotte Mason avait-elle découvert son « corps de pensée » ? Était-il enraciné dans la tradition classique comme le prétendent certains aujourd’hui, par exemple, dans une mention de Wikipédia plutôt inexacte ?

Avant de revenir à l’éducation et à la formation précoces de Charlotte Mason, il est salutaire de rappeler qu’elle a fondé le PEU en 1887 avec Mme Lienie Steinthal pour réformer l’éducation de la classe supérieure selon les lignes énoncées dans son ouvrage définitif Home Education, Conférences aux dames (1886) qui avait été donnée aux dames attachées à la paroisse St Mark dans l’élégante banlieue de Manningham à Bradford. Les conférences ont proposé des solutions aux inquiétudes contemporaines concernant la vie de famille, l’éducation des femmes et l’éducation des enfants. Mary Sumner (1828-1921), la fondatrice de la classe supérieure de l’Union des mères anglicane (1876/1885) avait déjà pris sur elle de répondre à ces préoccupations.

Mme Sumner a également cherché à réformer l’école à la maison chrétienne et l’éducation dans toutes les classes sociales, d’abord à travers les réunions entre mères de paroisse à partir de 1876, puis en fondant l’Union nationale des mères anglicanes en 1885 au Congrès de Portsmouth, présidé par l’évêque Harold Browne. La richesse, la classe et les relations avec l’Église lui ont donné le soutien essentiel que Charlotte Mason a dû gagner par elle-même en fondant le PNEU quelques années plus tard.

J’ai eu le plaisir de découvrir le respect de Mme Sumner pour la perspective comparable de Charlotte Mason, lorsque j’ai lu la thèse de Sue Anderson-Faithful sur Mary Sumner, publiée sous forme de livre par Lutterworth Press en février 2018. Intitulée Mary Sumner, Religion, Mission, Education et Vie de Femme – 1876-1921, Sue Faithful Anderson décrit comment Mary Sumner s’est inspirée des idées d’une éducation chrétienne créative mais disciplinée du livre de Charlotte Mason, Home Education, qui a conduit au lancement du PNEU en tant que Société nationale en 1890 (3).

Mary Sumner a apprécié la référence de Charlotte à l’affirmation de Pestalozzi selon laquelle « La Mère est qualifiée par le Créateur lui-même pour devenir l’agent principal dans le développement de l’enfant et ce qui lui est demandé est – ressentir de l’amour (4).»

À l’instar du MU, le PNEU (1887/1890), soutenu par des éducateurs et des responsables d’églises, a cherché à permettre aux parents, notamment aux mères, d’élever et d’éduquer leurs enfants conformément aux principes énoncés dans Home Education (1886). En 1891, Charlotte Mason allait former des gouvernantes à Ambleside pour aider les parents dans cette tâche et diriger les cours d’éducation des mères par correspondance. Le passage à l’enseignement scolaire, développé à partir des programmes du Parent’s Review School, a été lancé en 1894 par Mme Franklin. En tant que mère, elle pensait que les enfants avaient besoin de compagnons de leur âge. De plus, la nécessité pour les gouvernantes en formation d’enseigner dans la petite école de pratique de Beehive a heureusement ramené Charlotte Mason pour tirer parti de ses expériences antérieures en tant qu’enseignante, chargée de cours et superviseur.

Les lecteurs pourraient également être intéressés d’apprendre que le nouveau livre d’Anne Summers, Christian and Jewish Women in Britain 1880-1840, Living with Difference, Palgrave Macmillan (2017) consacre le chapitre 7 intitulé « Nous sommes tombés amoureuses l’une de l’autre au premier coup d’œil », à l’analyse de l’étroite amitié entre Charlotte Mason et Netta Franklin, une matriarche juive. Bien qu’elle soit anglicane pratiquante pendant ses années d’élève-enseignante, les origines quaker irlandaise et catholique de Charlotte Mason lui ont peut-être inculqué la liberté de respecter les personnes de religions différentes. En tant que juive, Mme Franklin s’est effectivement opposée à toute suggestion de fusion avec le MU, au début des années 1900.

Pour revenir à la remise en question par Art des diplômes classiques de Charlotte Mason, rien n’indique qu’elle ait été plongée dans une quelconque tradition classique. Elle a été formée comme institutrice à l’école infantile Pestalozzienne ; en revanche, les maîtres des écoles publiques n’avaient pas de formation pédagogique. En tant qu’élève-institutrice à Birkenhead, Charlotte a été préparée à se former à la Home and Colonial Society’s Pestalozzian Teacher Training Institution de Londres par la Maîtresse, Mlle Stephens, qui y avait elle-même été formée. Charlotte a démontré un amour pestalozzien pour tous les enfants et a suivi son principe de les encourager à utiliser leurs propres efforts pour acquérir des connaissances ainsi que pour faire la distinction entre l’instruction et l’éducation, que Pestalozzi (1746-1827) estimait devant être fait par le développement organique de toute leur morale, capacités intellectuelles et physiques (5). Pestalozzi, un adepte romantique de Rousseau, croyait que la nature humaine était essentiellement bonne et que tous les êtres humains, riches ou pauvres, avaient la capacité d’apprendre. Il ne devrait y avoir aucun châtiment corporel. Tout le monde a droit à l’éducation et c’est le devoir de la société de l’organiser. C’était une atmosphère très différente de celle des écoles publiques britanniques, où les maîtres tambourinaient le latin et le grec aux futurs dirigeants de l’Empire britannique.

Charlotte a ajouté la perspective éducative libérale de la classe supérieure victorienne à ses idéaux pestalozziens alors qu’elle s’élevait étape par étape, apprenant de mentors tels que M. Dunning au Ho & Co, le révérend William Read, son curé de Worthing et son amie d’université, Lizzie Groveham à Bradford. Admirant la liberté des maisons victoriennes de la classe supérieure, meublées de bibliothèques de livres attrayants améliorant l’éducation à la maison de femmes chanceuses, telles que son amie Worthing, Miss Branders, Charlotte s’est opposée aux environnements enfantins spécialement préparés, recommandés par Froebel et Montessori, en faisant valoir que les enfants sont des personnes dès leur naissance. Cependant, elle n’était pas sans vénération pour l’éducation classique. Oscar Browning, lui a présentée la République de Platon après leur rencontre en 1889, qu’elle a lu avec plaisir. Elle a également permis à ses élèves gouvernantes d’Ambleside d’apprendre un peu de latin et un peu de grec. Et les étudiants et les enfants ont dû étudier la citoyenneté en lisant les Vies de Plutarque ! En effet, le monstre de Frankenstein de Mary Shelley a été initialement élevé à l’humanité en lisant Paradis Perdus de Milton et les Vies de Plutarque (6).

Alors que je montais la colline pour poster une lettre, j’ai rencontré une voisine qui m’a dit qu’elle avait lu un article intéressant de Deborah Walsh dans le journal généalogique Qui pensez-vous être ? (Mai 2018). Elle m’a gentiment envoyé l’article. Les volontaires Armitt ont réexaminé minutieusement les 60 boîtes ou plus contenant les archives de Charlotte Mason et ont répertorié tous les documents non catalogués. Une lettre a été trouvée, que Deborah décrit comme « le seul document qui pour nous tous donnait un sens à l’ensemble des archives, et à l’importance profonde du travail de Charlotte Mason. » Si Charlotte avait lu cette lettre, envoyée lorsque le mouvement Liberal Education for All était à son apogée dans le secteur de l’école publique, elle se serait réjouie que sa philosophie soit au service des enfants pauvres que Pestalozzi avait si profondément pris en charge. L’éducation classique ne leur aurait guère convenu. Cette lettre, maintenant copiée et datée du 29.11.22, est parvenue au bureau de l’union des parents de Miss Elsie Kitching à Ambleside par GF Husband, le nouveau directeur de la Lower East Street Boys ’School de Middlesbrough dans le nord du Yorkshire. Son école travaillait sur les programmes de travail PUS depuis un an. M. Husband a écrit :

 « Nous approchons de la fin de la tentative de notre troisième mandat pour mener à bien les méthodes du P.N.E.U. et bien que je sache que vous avez déjà une certaine mesure de l’effet de ces méthodes dans les écoles élémentaires, je pense que d’autres témoignages peuvent être intéressants.

Il s’agit d’une école de bidonville, à deux cents mètres de la rivière et des quais, entourée du type de bordel le plus bas, d’un asile de nuit, et d’un bar à boire. C’est l’école la plus éloignée de toutes les écoles de Middlesbrough des champs verts et des chemins.

La plupart des enfants sont mal habillés, mal vêtus, sous-alimentés et vivent dans des pièces surpeuplées – très souvent non meublées – sans commodités pour les décences ordinaires de la vie. Il y a un manque total de discipline – mentale, morale, physique – à la maison et dans leur entourage. Dans les écoles, il y a beaucoup de répression et de châtiments corporels excessifs. (Je me demande souvent si vous vous rendez compte de la feinte farfelue et sans âme qui passe pour de l’éducation dans de nombreuses écoles élémentaires urbaines) et cette école ne fait pas exception.

Le jour de ma prise en charge (le 2 mai 1921) il y eut du boucan dans la rue. Un garçon avait été sévèrement puni et s’était échappé de l’école et avait excité le quartier. Une prostituée à moitié ivre s’est précipitée dans l’école « pour tordre le …… cou ….. du professeur ». Les querelles quotidiennes avec les parents au sujet des punitions étaient naturellement prises par le personnel.

Dorénavant, les enseignants et les universitaires sont brillants et avides de travail. L’irrégularité et le manque de ponctualité sont réduits au minimum et il n’y a pas de châtiments corporels. Le travail de l’écolier devient une chose beaucoup plus importante que ne l’est l’enseignant.

Et là, vous avez ce qui est pour moi l’une des caractéristiques les plus importantes des méthodes du P.N.E.U. – elles obligent l’enseignant à étudier l’enfant – en fixant cette tâche et en découvrant le pourquoi de cet échec : et avec cette étude « toutes les autres grâces suivront leurs propres places (7)».

Ainsi, M. Husband a ratifié la conviction pestalozzienne de Charlotte Mason selon laquelle ses méthodes d’éducation étaient adaptées aux enfants de toutes les classes sociales, y compris les plus pauvres. Reçue six semaines avant sa mort, cette lettre aurait réjoui le cœur de Charlotte Mason.

Références

 1. Lettres de Mason à Franklin et au Comité exécutif du PNEU, 15 janvier 1904, CM50 cmc393, cité dans M.A. Coombs, «Charlotte Mason Hidden Heritage and Educational Influence» pp213-214 avec note à la p. 303.
2. Art Middlekauf : http://charlottemasonpoetry.org/what-would-charlotte-do/
3. Sue Anderson-Faithful, Thèse 2014 Université de Winchester «Mary Sumner, Religion, Mission, Education and Womanhood 1876-1921»; voir Ch. 3.
4. Ibid p 217; Mason, enseignement à domicile (1899).
5. Coombs, Hidden Heritage op.cit pp.83-84.
6. Mary Shelley, Frankenstein, Oxford World Classics, réédité en 2008, p. 127.
7. «Gem from the Archive», de Deborah Walsh dans «Who Do You Think You Are», mai 2018.

Note supplémentaire : le bout de phrase « toutes les autres grâces suivront leurs propres places » de la référence 7 est une citation de William Walker Atkinson. Né en 1862 et décédé en 1932, il était un avocat, un marchand, un éditeur et un auteur, ainsi qu’un occultiste et un pionnier américain du mouvement New Thought. Il est l’auteur des œuvres pseudonymes attribuées à Theron Q. Dumont et Yogi Ramacharaka. Il croyait notamment au pouvoir d’attraction de la pensée. Il a dit par exemple que « la personne qui croit sans cesse qu’elle ne va pas réussir, échouera invariablement. (…) Tout ce qu’elle fait, pense et dit, est teinté de la pensée d’un échec. » Il encourage à concentrer notre esprit sur des pensées positives uniquement. Cette information me semble intéressante à noter du fait que William Walker Atkinson ait été cité dans la lettre de M. Husband. Pour en savoir plus : Les vibrations de la pensée par William Walker Atkinson.

Traduction de l’article “A Reflection on the Development of Charlotte Mason’s Educational Ideas by Margaret Coombs.”  paru en 2018 sur le site Charlotte Mason Institute. Un merci particulier à Kathryn Forney pour sa permission de traduction.